LES ANNONCES DU MOMENTINTRIGUE AFRICA OYETOMBOLA

Partagez | 
 

 (Mirky) Faded

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 58 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : Scarlett Johansson (schyzophrenic)
DC : nope.
PSEUDO : Padawan

Âge : 24 ans

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: Bang my head - David Guetta (ft Sia)
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
0/0  (0/0)

MessageSujet: (Mirky) Faded   Jeu 14 Avr - 18:30

FADED
you broke me
Coup d’oreille sur la tête. Je grognai. Il fallait que je me réveille. Bien que je n’ai plus d’horaires régulières depuis une bonne semaine, j’avais un colocataire qui me prenait tout mon temps. Adam. Mon meilleur ami gay. On se connaissait depuis le bac à sable. Voire même avant. On a partagé le même pipi dans la baignoire lorsque nous étions jeunes et ça créé des liens. Adam se tenait debout sur le côté du lit, une barre chocolatée dans la main et mâchait la bouche ouverte, tout ce que je déteste. « Dégage ! » Il éclata de rire. « Bonjour à toi aussi rayon de soleil. » Depuis que mes nausées n’étaient plus là, je me sentais un peu mieux le matin mais disons que je n’étais quand même pas dans mon assiette. Mon petit ventre commençait à se voir et je ne rentrai dans plus aucun vêtement. « Bon je te dépose à ton rendez-vous et après tu vas te faire pomponner. A mes frais. Ça sera mon cadeau parce que tu me laisses squatter chez toi, beauté. » Je soupire avant de dégager les draps pour passer devant lui, toujours de mauvaise humeur. Pour cause que j’avais dû abandonner ce qui me tenait le plus à cœur. Déjà les clopes. Moi qui fumais comme un pompier, être enceinte m’avait permis de me faire un corps saint mais je m’en foutais. Je voulais de la nicotine. Ensuite, je ne pouvais plus boire de café ou autres boissons énergisantes alors que je ne jurai que par le duo Redbull/Monster mais les médecins peuvent aller se faire mettre, je mange toujours autant de mcdo.

Je fus vite rejoint par la blondasse qui ouvrit la fenêtre pour se griller une cigarette. Je l’enviai tandis que je faisais mon smoothie. Ça remplaçait à peu près la taurine contenue dans les boissons énergisantes. Je versai la mixture dans mon blender pour la coller au frigo le temps que j’aille prendre ma douche. Comme tous les matins, je montais sur ma balance pour voir combien de poids j’avais pris. Au moins, je me disais que je n’aurai pas à assumer cet enfant seul car Adam, qui je le rappelle est gay, avait déjà dit qu’il serait comme un père pour cet enfant. Je descendis en constatant que ça va. Je ne devenais pas trop une vache. Sous le jet d’eau chaude, je pensais à tout ce que j’avais à faire aujourd’hui. Renouveler entièrement ma garde de robe déjà. Le truc qui me fait bien chier puisque  j’adore mes vêtements. Surtout mes chaussures. C’était un truc qu’on avait en commun avec Gwen. On partageait nos chaussures. Je soupirai avant de sortir pour me sécher. Je laissais mes cheveux roux (nouvelle couleur) quasiment courts à l’air libre. Avec l’été qui arrivait et les récents évènements, j’avais eu besoin d’un changement capillaire. J’enfilai un t-shirt d’Adam ainsi qu’une jupe assez élastique pour chausser des talons hauts. Merci mais même si je porte les affaires d’un mec pour le haut je dois avoir l’air soigné pour le bas.

Après qu’Adam m’ait déposé juste devant l’hôpital. Je soupirai avant de voir des médecins en train de fumer. Faites comme je dis mais pas comme je fais. Je regarde sur mon téléphone l’heure. Je suis en avance. Alors, je rentre dans le hall pour m’enregistrer.  C’était ma seconde échographie et comme j’avais fini le premier trimestre, je n’allais pas y couper. La dame m’indiqua le service dans lequel je devais me rendre. Cet hôpital que je connaissais si bien. Je soupirai de nouveau en prenant le papier pour aller à la cafétéria. Femme enceinte = j’ai la dalle. En plus comme une conne, j’ai oublié mon smoothie dans le frigidaire. Je fis la queue derrière un grand brun pour commander un chocolat chaud (ça j’y avais encore droit) et une grosse part de gâteau au chocolat. Ma mère disait que c’était normal. Elle aussi ne mangeait que du chocolat au début. Je réglais ma commande pour avancer en rangeant ma monnaie. Bref, je ne regardai pas où j’allais. Comme d’hab. BOUM. « Merde, jurai-je entre mes dents. » Je soupirai pour relever la tête et là… je fus foudroyée sur place. Miroslav. Notre histoire défila dans ma tête. Notre premier regard échangé à l’hôpital, mon malaise à cause de mon trop grand entrainement, notre diner, le jour de l’an, ma première fois et puis plus rien. Il n’y avait plus rien. Je me sentis devenir pâle d’un coup. Alors je saisis le verre d’eau que tenait une femme qui passait juste à côté de moi. « Excusez-moi. » Puis, je lui jetai à la figure. Femme en colère. Et femme enceinte en plus. Je posai le plateau pour attraper le morceau de gâteau (quand même) et sortir à grandes enjambées. Une cigarette n’allait pas tuer ce bébé.

Une fois à l’extérieur, je pris une grande bouffée d’air pour fouiller dans mon sac. J’avais toujours un paquet en cas d’urgence et j’en allumai une en me posant sur les marches. « Putain de croate à la con. »


_________________

Et comprendre que, peut-être, aimer est autre chose. C'est se sentir léger et libre. C'est savoir qu'on ne prétend pas au coeur de l'autre, il ne nous est pas dû, on n'y a pas droit par contrat. Il faut le mériter chaque jour. Et le lui dire à lui. Et comprendre en écoutant ses réponses qu'il faut peut-être tout changer. Il faut partir pour retrouver la voie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 46 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : seb stan ♡ (CryingToYourHeart)
DC : don't panic, no not yet
PSEUDO : vespertine (nawal).

Âge : trentenaire.
Adresse : city centre, westmorland dr, #35

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: nick cave, red right hand
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Ven 15 Avr - 18:56


FADED
how I need your attention



« félicitations », accompagné d'une ribambelle de cœurs et autres smileys festifs qui n'ont strictement aucun sens à tes yeux. tu as beau relire et réfléchir, tu ne vois pas le moins du monde où ta chère mère veut en venir. ta réponse consiste en un simple point d'interrogation envoyé à la va-vite tandis que tu lèves les yeux au ciel, perturbé par cette démonstration de joie et de fierté sans cause connue. n'attendant pas sa réponse, tu attrapes ta veste et sors de chez toi. tu conduis quelques instants, sans même faire attention au silence qui pèse sur l'habitacle. non pas à cause de ta solitude, mais bien car tu n'as pas allumé la radio. tu allumes toujours la radio. excepté lorsque tu te rends à l’hôpital, comme si tu présageais toujours -un peu inconsciemment- le pire. tes jours ne devraient plus être en danger, tu as été opéré il y a de cela un peu plus de deux mois et il n'y a rien eu à signaler depuis. pourtant, tu appréhendes toujours tes rendez-vous médicaux.

tu gares ta Range Rover à proximité de l’hôpital et t'y rends au pas de course. pour apprendre que ton médecin sera au retard. tu entreprends donc de prendre ton petit-déjeuner ici. c'est sans compter sur une rencontre fortuite et surprenante. tu t'avances vers la file au moment où une rouquine en sort. tu n'y fais pas particulièrement attention, bien qu'elle te rappelle quelqu'un. elle ne te regarde pas, tu ne peux pas la reconnaître. jusqu'à ce qu'elle ne te fonce dedans. ni toi ni elle ne prêtiez attention à l'autre avant de vous bousculer et de remarquer, surprise, que vous vous connaissez. pour être exact, vous vous connaissez assez bien même si cela n'a pas duré longtemps. vous vous connaissez même physiquement, en plus d'avoir eu l'occasion de discuter longuement. bref, pas besoin de dessin. tu t'apprêtes à parler, mais les changements que tu remarques chez elle te clouent le bec. le changement, conséquent. et pour parfaire la scène, tu te prends un verre d'eau en plein visage avant de la voir s'éloigner. elle est en colère, cela ne pourrait être plus clair. « Rory, attends ! » tu la suis du regard, un peu sous le choc. un peu paumé, si pas totalement. elle est enceinte, le moins que l'on puisse dire est que tu ne t'attendais pas à ce genre de surprise. enfin, il faut avouer que tu ne t'attendais pas non plus à la revoir. connard, dira-t-on, toi qui t'es tiré après avoir couché avec elle. c'est vrai, on peut le voir comme ça. ou se dire que tu avais tes raisons. elles sont solides, selon toi, et puis il est de toutes manières un peu tard pour en douter.

tu quittes la cafétéria peu après elle, t'essuyant vivement le visage à l'aide d'une serviette en papier que tu balances dans la première poubelle venue. tu ne prêtes pas attention aux regards stupéfaits et interrogateurs que tu laisses derrière toi. oui, ton t-shirt et tes cheveux sont mouillés, et alors ? tu la trouves assise sur les marches et la rejoins, vaguement hésitant. « je ferais pas ça à ta place. » tu indiques sa cigarette, t'asseyant à côté d'elle. tu soupires imperceptiblement en t'étirant comme pour masquer ton malaise. tu doutes que le stratagème soit efficace, mais peu importe. « je sais, tu ne veux plus ni me parler ni me voir. mais ça t'intéresse peut-être de savoir pourquoi j'ai pas donné de nouvelles... » tu passes une main dans tes cheveux, déjà secs, te décoiffant plus qu'autre chose. croisant finalement son regard, tu te trouves renvoyé à la première fois que tu as vu ces yeux. ses yeux. tu serais parfaitement incapable de mettre des mots sur ce que tu as ressenti, ou même pensé. tu sais seulement qu'elle s'est instantanément imprimée dans ton esprit. alors si tu es parti, ce n'est certainement pas parce qu'elle ne t'intéressait plus.

© ACIDBRAIN

_________________
+I was lying to you+
but you're not someone I can hold. I was lying to you baby when I said my love grew cold. but my love's not going anywhere, oh my love's not going anywhere.  (wyatt, attention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovebullshit.forumactif.org/t534-mirko-in-love-with-the-m
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 58 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : Scarlett Johansson (schyzophrenic)
DC : nope.
PSEUDO : Padawan

Âge : 24 ans

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: Bang my head - David Guetta (ft Sia)
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Mer 20 Avr - 20:20

FADED
you broke me
Aujourd’hui, je passais ma seconde échographie, même si normalement ça aurait du être la première mais vu les antécédents du père et de ma famille, j’en avais fait une au préalable pour vérifier que mon bébé soit normal. Seule. Puisque Gwenaëlle était décédée quelques semaines auparavant et que j’avais dû assister à l’enterrement en cachant le fait que je portais la vie. Que je portais son enfant. L’enfant d’un homme que je m’étais laissée aller à aimer pour la première fois et qui m’avait quitté au lendemain de notre nuit d’amour sans aucune explication. Je n’avais pas cherché à l’appeler, trop prise par mon travail et par l’emménagement de mon meilleur ami qui venait de rompre avec son petit-ami. Deux cœurs brisés. Il avait pris la nouvelle avec une certaine joie en se clamant père du rejeton. Il m’avait tenu les cheveux lors des premières nausées, était parti me chercher à manger à trois heures du matin quand je voulais manger du chocolat. Et au bout du second mois, lorsque ma mère avait à peine pansé ses plaies, je suis allée la trouver pour lui dire ses fameux mots. Je suis enceinte.

Et il n’y avait pas que ma mère qui était au courant. J’avais eu la désagréable (ou agréable, je n’arrive pas à connaitre la teneur de mes sentiments) de recevoir une demande d’ajout sur Facebook. Komorowski, ce nom de famille que je connaissais si bien. J’ai hésité mais son message. « Bonjour Rory, je sais que nous ne nous connaissons pas mais je tiens à vous parler de mon fils. » Lequel ? Je savais qu’elle avait abandonné son premier enfant à la naissance. Curieuse, j’avais donc accepté sa demande et le lendemain, nous faisions un skype. J’avais mis un oreiller sur mon ventre pour cacher cette rondeur. Virée mon colocataire de mon appartement. Et munie de ma barre chocolatée, j’ai entamé une conversation vidéo. C’était une femme très belle. Ivana. Un beau prénom pour un bébé. Et là, elle a plaidé la cause de son fils. Mirko était malade –je le savais- et comme il se pensait mourant, m’avait laissée. J’avais connu l’histoire de Mila, son ex copine, que je jalousais parce qu’elle l’avait connu plus que moi. « Maintenant qu’il a été opéré, il va mieux. » Tant mieux pour lui. J’étais assez amère en ce qui me concernait. « Rory, donnez-lui une chance. » Non, non et non. Il n’a qu’à venir lui-même. Il a trente ans, merde. « Je ne peux pas. Je suis navrée Ivana mais je ne peux pas. Je ne suis plus seule désormais et je dois le faire passer en premier. » Elle a cru que je parlais d’un homme. J’ai vu son trouble. Alors, j’ai découvert mon ventre. « C’est le sien ? » J’avais hoché la tête pour perdre mes tympans. Au moins, c’était une femme démonstrative. Pas comme ma mère.

Je repensais à tout ça après avoir jeté un verre d’eau à la figure du père de mon enfant. Une cigarette à la main, les yeux dans le vague. La cigarette se consumait et je savais que je ne devais pas tirer dessus mais j’avais les nerfs en pelote. « Je ne ferai pas ça à ta place. » Voix masculine, accent croate. Je la connaissais si bien. J’avais fondu pour cet accent qui maintenant me sortait par les yeux. Je lui fis mon plus beau doigt d’honneur. Très classieux pour une danseuse mais je n’en avais strictement rien à foutre. Alors qu’Ivana voulait connaitre tous les détails de ma grossesse jusqu’au sexe de son futur petit enfant, Mirko en ignorait tout. « Il y a plein de choses que je ne devrais pas faire, ou que je n’aurai pas dû faire. Comme te donner ma virginité par exemple. » Claque mentale. Dans sa gueule. Je le fusillai du regard pour jeter le mégot à terre. Il prit place à mes côtés et je plantai mes ongles dans mon sac à main en cuir extrêmement cher, offert par Adam pour célébrer ma grossesse. Et aussi pour palier la mort de ma sœur. Je ne daignai même pas jeter un regard à mon ex-amant. Je ne voulais pas le regarder. Sinon, j’allais le tabasser. « Je sais, tu ne veux plus ni me parler ni me voir. Mais ça t'intéresse peut-être de savoir pourquoi j'ai pas donné de nouvelles... » Je grinçai des dents de manière audible avant de me lever d’un bond. Je regardai ma montre. Il allait finir par me mettre en retard. « Oh est-ce que j’ai envie de savoir pourquoi le garçon que je pensais être mon mec m’a larguée après m’avoir sautée ? Non, merci. » Et je savais déjà tout de toute manière. « Et je sais tout. Mme Ivana Komorowski m’a parlée. De ton opération, de ton demi-frère en suppliant la mère de SON PETIT ENFANT de pardonner au géniteur. Ah oui parce qu’il est de toi au fait. Et j’ai rendez-vous pour faire une échographie. Quant à savoir si tu seras dans la vie de cet enfant, je dois encore y réfléchir. »



_________________

Et comprendre que, peut-être, aimer est autre chose. C'est se sentir léger et libre. C'est savoir qu'on ne prétend pas au coeur de l'autre, il ne nous est pas dû, on n'y a pas droit par contrat. Il faut le mériter chaque jour. Et le lui dire à lui. Et comprendre en écoutant ses réponses qu'il faut peut-être tout changer. Il faut partir pour retrouver la voie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 46 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : seb stan ♡ (CryingToYourHeart)
DC : don't panic, no not yet
PSEUDO : vespertine (nawal).

Âge : trentenaire.
Adresse : city centre, westmorland dr, #35

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: nick cave, red right hand
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Jeu 21 Avr - 0:52


FADED
how I need your attention



cela fait maintenant plus d'un an que tu passes ta vie à l'hôpital. entre examens, tests, séjours forcés, et plus récemment: opération. ton frère t'a sauvé la vie il y a de cela trois mois, en présence de tes parents. votre mère, l'ayant abandonné il y a peut-être trente-cinq ans. il n'a pas apprécié. tu as gagné une vie plus longue, un rein en parfaite santé contrairement aux tiens, et perdu ton demi-frère. un inconnu à peine retrouvé, sauveur auquel tu ne croyais pas, ami récent. tout cela a volé en éclats lorsque tu as demandé à le voir après ta convalescence, et appris qu'il était parti. tu te consoles avec la certitude qu'il va bien. du moins, aussi bien que possible après ce qu'il a pu vivre. ton frère et toi avez survécu à cette greffe, ensemble. une expérience qui vous aurait probablement rapprochés s'il était resté à Liverpool. en gros, tu as débarqué dans sa vie, dans sa ville, tu l'as privé de l'un de ses reins et l'as chassé de la ville par ta présence. ou plutôt celle de votre mère. elle avait beau n'être que de passage, il n'a pas particulièrement bien pris la rencontre avec la femme qui l'a abandonné.

aujourd'hui encore, tu te retrouves à l'hôpital pour un examen devenu routinier. tu pourrais le faire toi-même tellement tu as l'habitude. mais ça donne du travail à ton médecin. tu sais que tu vas bien, tu le sens. ton corps a accepté la greffe, merci le traitement antirejet, et tu es en parfaite santé. tu as repris du poids, ainsi que des couleurs. enfin, pour ce qui est des couleurs, tu es croate, c'est assez relatif. quant au poids, c'est clairement plus facile puisque, maintenant, tu manges. simplement. ton traitement te rendait malade et te faisait vomir tout ce que tu ingurgitais, pas étonnant que tu aies perdu pas mal de kilos. un nouveau rein et tout est reparti. ton rendez-vous étant retardé, tu en profites d'ailleurs pour manger. c'est carrément une passion depuis que tu vas mieux, aussi bien manger que faire à manger. tu étais on ne peut plus nul avant toute cette histoire, et tu es maintenant capable de faire bien plus que cuire des pâtes ou réchauffer un plat. le micro-ondes a cessé d'être ton meilleur ami. peut-être as-tu trop de temps pour toi, du coup tu développes d'étranges talents.

ta passion nouvelle pour la cuisine, ou plutôt pour la bouffe, te mène à la cafétéria de l'hôpital. et, surprise du chef, à Rory. à croire que vous êtes destinés à vous croiser ici. c'est la troisième fois, si tes souvenirs sont bons. tu n'as pas le temps de lui demander confirmation, ni même de réaliser ce que tu viens d'apercevoir: son ventre. elle te balance le contenu d'un verre au visage et s'éloigne rageusement. il faut lui reconnaître un certain talent théâtral. tu la rejoins à l'extérieur après t'être essuyé le visage, bien décidé à calmer les choses entre vous. après tout, vous ne vous êtes pas croisés sans raison. tu la trouves assise sur les marches, cigarette à la main, et ta remarque se voulant être une belle entrée en matière n'a absolument pas l'effet escompté. tu n'obtiens qu'un doigt d'honneur et une remarque amère au sujet de ta disparition soudaine. tu te mords la lèvre, hésitant, mais finis par t'asseoir. tu te dis que, même si elle semble prête à te sauter à la gorge et à t'arracher les yeux à mains nues pour avoir agi de la sorte, tu es capable d'avoir le dessus sur une femme enceinte. et puis tu as envie, peut-être aussi besoin, de t'expliquer, bien que tu aies l'impression qu'elle n'a plus le moins du monde besoin de toi. après tout elle est enceinte, et puisque tu n'imagines pas une seule seconde que cela puisse être de toi, elle a forcément refait sa vie durant ces trois derniers mois. ta réponse est accueillie par un grincement de dents plus qu'audible, tu soupires. après, tu ne sais pas ce que tu espérais, tu l'as bel et bien "larguée après l'avoir sautée". tu grimaces en l'entendant, mais tu ne bouges pas, assis sagement tandis qu'elle s'emporte. l'évocation de ta mère te rappelle soudain le message. félicitations. les pièces du puzzle s'emboitent doucement, et tu as peur de comprendre. tu fixes Rory de tes yeux océans qui n'en finissent pas de s'agrandir de surprise. « il est de toi au fait », comme si cela n'avait aucune importance. tu ne réalises pas, tu n'encaisses pas. elle est enceinte... de toi. tu n'as même jamais pensé à la paternité. et puis elle te déteste, c'est... la merde. c'est purement et simplement la merde. « quoi ? » c'est tout ce qui franchit tes lèvres.
© ACIDBRAIN

_________________
+I was lying to you+
but you're not someone I can hold. I was lying to you baby when I said my love grew cold. but my love's not going anywhere, oh my love's not going anywhere.  (wyatt, attention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovebullshit.forumactif.org/t534-mirko-in-love-with-the-m
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 58 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : Scarlett Johansson (schyzophrenic)
DC : nope.
PSEUDO : Padawan

Âge : 24 ans

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: Bang my head - David Guetta (ft Sia)
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Mar 26 Avr - 19:16

FADED
you broke me
Aujourd’hui. Mon dieu c’est aujourd’hui que j’allais savoir si on allait devoir peindre la chambre en rose ou en bleu. Rose pour une fille (bien que j’avais une préférence pour le violet) et bleu et vert pour un garçon. Adam n’avait pas eu son mot à dire comme il s’agissait de mon enfant. Du petit être qui grandissait en moi. Lorsque Mirko m’eut abandonné, je ne me doutais pas que j’étais enceinte. Au contraire. Il fallut que je fasse de nouveau un malaise sur scène pour me rendre compte que le petit (ou la petite) était bien là. A l’hôpital on m’imposa ce choix si difficile. Le garder ou non. Elever un enfant alors que je connaissais une fulgurante carrière ou ne pas l’avoir et continuer sur ma lancée en effaçant toute trace de son passage.

Lorsque nous étions allés au restaurant au nouvel an, on nous avait proposé de prendre une photo ensembles. J’aurai pu la déchirer en mille morceaux (j’avoue, je l’ai fait mais je l’ai recollé) et je voulais que mon enfant puisse grandir en sachant quel lâche était son père. Bien sûr j’attendrai la puberté. Je lui dirai d’abord qu’il a disparu, qu’elle n’a pas de papa (ou bien Adam sera le papa dingo qui couche avec d’autres garçons, environnement très sain) et puis quand elle/il me poserait la question, je serai honnête. Ton père m’a abandonnée après m’avoir défleuré pour ne jamais revenir. Car Miroslav ne reviendrait jamais. Il faisait maintenant parti de mon passé bien que toujours dans mon présent à cause du bébé. Je le chérissais. Je lui faisais écouter du classique. Je passais des heures à lui parler. A lui dire combien il serait beau, aimé et choyé.

Puis, il y a eu la conversation avec la mère de mon ex-amant. Elle m’a semée le doute. Je n’avais plus le numéro de Miroslav dans mon répertoire, l’ayant effacée avec rage, hargne, trouver l’adjectif que vous voulez. Je ne le regrettai pas. Au début, je l’avais composé pour raccrocher puis j’avais explosé mon cellulaire sur le sol à coups de talons. Plus de Mirko, plus de traces. Sauf le bébé. Si bien quelle ne fut ma surprise de le trouver dans la cafétéria en face de moi. Et tout remonta à la surface. Comme une nausée. Oui, comme une nausée. Si bien que même la giclée d’eau ne contribua pas à m’apaiser. Ni la cigarette que je laissais se consumer. Je m’imaginai poser la tête sur son épaule tandis qu’il laisserait vagabonder les doigts sur mon ventre rebondi. NON. Mes sentiments ne devaient pas remonter à la surface. Mais les mots. Ce fut plus fort que moi. Plus fort qu’un torrent de larmes, qu’un torrent de vomi. Et je lui dis tout.

« Quoi ? » Ce fut sa seule réponse. J’en fus déconcertée si bien je fis claquer ma langue d’un geste sonore pour passer une main dans mes cheveux. Mais putain. « Je suis enceinte Miroslav Komorowski et il est de toi. » Oui c’était bien le sien. Je ne sus pas si ce n’était pas une montée d’hormones ou le simple fait qu’il soit là mais je me laissais tomber à ses côtés pour commencer à pleurer. « Tu m’as laissée tomber sans un mot. Comme un lâche. Et ensuite… Elle est morte. Gwen est morte. J’ai appris que j’étais enceinte. Aujourd’hui, je dois savoir si c’est une fille ou un petit garçon. Mais c’est ton bébé. » Je me tournai vers lui pour essuyer mes larmes du revers de la main. « Tu comprends ou pas ? »



_________________

Et comprendre que, peut-être, aimer est autre chose. C'est se sentir léger et libre. C'est savoir qu'on ne prétend pas au coeur de l'autre, il ne nous est pas dû, on n'y a pas droit par contrat. Il faut le mériter chaque jour. Et le lui dire à lui. Et comprendre en écoutant ses réponses qu'il faut peut-être tout changer. Il faut partir pour retrouver la voie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 46 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : seb stan ♡ (CryingToYourHeart)
DC : don't panic, no not yet
PSEUDO : vespertine (nawal).

Âge : trentenaire.
Adresse : city centre, westmorland dr, #35

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: nick cave, red right hand
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Jeu 5 Mai - 12:54


FADED
how I need your attention



« tu vas la rappeler ? » c'est devenu la question rituelle, et favorite, de ta mère. elle te la pose à chaque fois que vous vous téléphonez, et tu lui raccroches donc régulièrement au nez sans prendre la peine de répondre. elle s'est toujours beaucoup -trop- impliquée dans ta vie, mais tu en es à un stade où tu satures clairement. à moins que ce ne soit parce que tu tiens beaucoup à Rory, plus que tu ne veux le dire, plus que tu ne te l'avoues, plus que tu ne le devrais maintenant qu'il est trop tard. après tout, tu es parti. elle est restée, seule, sans savoir ni pourquoi tu avais disparu, ni pour combien de temps. tu supposes qu'elle a rapidement répondu à la seconde question: toujours. c'est du moins la réponse qui te paraissait la plus plausible, à toi. toujours, puisque tu te voyais succomber à la maladie sous peu. mais tu as depuis vécu trois mois de plus que prévu, et tu en vivras -normalement- encore un certain nombre. cela se compte désormais en années. si tu t'en veux d'être parti ? maintenant oui. cela te semblait être la meilleure solution, et quiconque se mettrait à ta place le comprendrait, mais tu vas vivre. tout devient plus compliqué, d'un coup. à vrai dire, mourir aurait été facile. vivre est une épreuve.

la recroiser à l’hôpital a selon toi quelque chose d'assez ironique, et c'est à la fois plutôt logique. vous vous êtes rencontrés là, et vous êtes livrés l'un à l'autre des heures durant après à peine deux ou trois rencontres. tu ne sais pas pour elle, mais tu lui as comme instantanément fait confiance. tu trouves ça un peu ridicule, tu dois l'avouer, après tout cela fait bien longtemps que tu ne crois plus aux histoires d'amour hollywoodiennes. ainsi qu'aux histoires d'amour tout court depuis tes fiançailles rompues. mais la vérité, c'est qu'elle t'a fait oublier Mila, presque instantanément. elle t'a fait oublier la maladie aussi, avant que celle-ci ne te revienne en mémoire avec la violence d'un coup de poing. elle s'est vite, très vite, imposée dans ta vie, comme une évidence. tu es parti quand même, sans un mot, sans la moindre explication, la laissant croire ce qu'elle voulait. en l’occurrence, que tu étais le genre de connard à larguer les filles après avoir obtenu ce que tu voulais. c'est mal te connaître, mais au fond vous ne vous connaissez pas. pas vraiment. tu aimerais dire pas encore, mais tu doutes que ce soit judicieux. ou possible.

« quoi ? » tu t'entends le dire, tu te sens débile. pourtant, tu as bien besoin d'explications supplémentaires. et de temps, beaucoup de temps, pour assimiler la nouvelle. tu as eu vite fait de remarquer sa grossesse, c'est l'évidence même en la voyant, mais tu ne t'attendais pas le moins du monde à être à l'origine de celle-ci. tu remarques son agacement, mais tu es bien incapable de réagir autrement que par la surprise. elle te pétrifie, cette nouvelle, tu ne comprends même pas comment ça a pu arriver. enfin, vous ne l'avez fait qu'une fois. « je suis enceinte Miroslav Komorowski et il est de toi », se sent-elle obligée de répéter. ce qui t'étonne le plus cette fois n'est même pas le il est de toi, mais le fait qu'elle emploie ton prénom complet. ce que plus personne ne fait. tu n'as dû entendre ce prénom que trois ou quatre fois dans ta vie maximum. bref, tu t'égares. jusqu'à ce qu'elle ne fonde en larmes, se laissant retomber à côté de toi. tu la fixes de tes pupilles pleines de surprise, océans d’incompréhension et de compassion. tu as parfaitement conscience de l'avoir abandonnée, et plus encore maintenant que tu apprends ce qui s'est passé entre temps. sa soeur est décédée, tu n'en savais rien. tu as obtenu une greffe, tu es hors de danger, et pendant ce temps-là Rory perdait sa soeur. la nouvelle te laisse sans voix, une fois de plus. tu songes à ton propre frère, bien que votre relation ait à peine commencé et soit allée droit dans le mur.

tu croises son regard, ne répondant pas tout de suite à sa question. à vrai dire, tu comprends parfaitement, mais tu n'as aucune idée de la manière dont tu es censé réagir. tu ne sais même pas ce qu'elle veut. souhaite-elle même encore t'adresser la parole ? pour ta part, tu imagines que tu préférerais rester avec elle. voir le bébé, peut-être ? tu ne saurais pas dire, l'idée te perturbe. elle t'effraie, même, un peu. ce n'est pas le bébé mais ton bébé, un mot qui change absolument tout le sens des choses. tu ne t'inquiètes pas qu'elle te repousse lorsque que tu prend Rory dans tes bras, la serrant peut-être un peu plus fort que prévu. tu prends conscience qu'elle t'a plus manqué que tu ne le croyais. « j'suis désolé... » tu t'éclaircis la gorge, cherchant tes mots. tu as pourtant conscience que rien de ce que tu diras ne sera suffisamment fort ou réconfortant. « pour tout. pour Gwen, pour... nous. j'ai jamais voulu te faire de mal, j'ai cru... je pensais bien faire, je m'y suis pris de travers mais c'était pas par égoïsme. pas complètement. » tu pousses un léger soupir. « tu veux, hum, que je vienne avec toi ? » hésitant, tu te mordilles la lèvre inférieure, baissant les yeux pour chercher son regard.
© ACIDBRAIN

_________________
+I was lying to you+
but you're not someone I can hold. I was lying to you baby when I said my love grew cold. but my love's not going anywhere, oh my love's not going anywhere.  (wyatt, attention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovebullshit.forumactif.org/t534-mirko-in-love-with-the-m
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 58 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : Scarlett Johansson (schyzophrenic)
DC : nope.
PSEUDO : Padawan

Âge : 24 ans

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: Bang my head - David Guetta (ft Sia)
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Lun 9 Mai - 15:15

FADED
you broke me
Après le départ de Mirko, je fus inconsolable pendant une semaine. Je dirai que c’est très cliché la fille avachie sur son canapé à pleurer, paquets de kleenex sous le bras, un pot de butter cream ouvert devant moi et Dirty Dancing en fond. Oui, je suis comme Zooey Deschanel dans New Girl. Je pleure, je regarde des films à l’eau de rose et je mange à outrance. Sauf que je recrachai tout. Raison : enceinte. Ding, ding. Votre mec vous a largué après une nuit passée avec vous, en plus vous êtes enceinte. Ah et votre sœur meurt. Trop génial. Mes parents refusent de m’adresser la parole donc je passe tout mon temps dans celle d’Adam. Mon meilleur ami. 100% gay. Avec qui je suis « en concubinage » sur Facebook pour la simple et bonne raison qu’il habite chez moi. Qu’il squatte avec son chien. Déjà que je n’avais pas assez d’animaux comme ça entre mes deux chats et mon chien. Maintenant, il règne dans ma maison un véritable bordel et quand je dis bordel, je ne pèse pas mes mots. Mais ça me faisait du bien de le savoir près de moi, de l’avoir vu prendre mon téléphone pour supprimer le numéro de Mirko, de le bloquer et également de supprimer les photos que j’avais pu prendre de lui. La seule qu’il me restait était celle du Nouvel An. Celle qu’on avait prise de nous au restaurant et elle était dans mon portefeuille. Je voulais la jeter mais une partie de lui serait à jamais avec moi. Son enfant. Lui, je ne pouvais pas le jeter comme ça, ni l’abandonner.

Assise sur les marches de l’hôpital après la confrontation musclée dans la cafétéria, je regardai un moment cette photo avant de la ranger en le voyant venir près de moi. Je n’ose même pas le regarder tant je sens mon cœur se pourfendre en mille morceaux. Je ferme les yeux. Je l’entends me parler mais des flashs me reviennent en mémoire. Notre rencontre, nos discussions, le nouvel an puis cette nuit. Cette nuit qui avait donnée naissance à notre bébé. J’inspire doucement. Tourbillon d’hormones de grossesse, tourbillon au cours duquel j’allais finir par me laisser emporter. Je soupire alors pour lui faire comprendre que la vie qui grandit en moi est le sien. C’est son bébé. Le fruit de cette nuit où il s’est barré sans demander son reste. Même pas une carte. Rien. Même après avoir obtenu l’étoile, même après la mort de ma sœur ainée. Je n’avais eu qu’un seul soutien, Adam. Je ferme les yeux de manière douloureuse. Je me lève pour prendre ma tête entre mes mains lui dévoilant ce qu’il a manqué, ce qu’il manquera. Puis, je me laisse retomber lourdement sur le sol, les yeux dans le vague. Un lourd silence s’installe. J’ose un regard pour plonger dans ses iris bleutés que j’avais tant aimé et que je continuais à chérir malgré tout.

« J’suis désolé. » Voilà tout ce qui sort de sa bouche. Je le fixe alors, surprise. La suite ne tarde pas à venir. « Pour tout. Pour Gwen, pour… nous. J’ai jamais voulu te faire du mal, j’ai cru… je pensais bien faire. Je m’y suis pris de travers mais c’était pas par égoïsme. Pas complètement. » Bien sûr que si sa décision était égoïste. Il l’a prise sans même me concerter. Je sentis une rage monter en moi. Une rage que je n’avais pas éprouvée depuis l’engueulade avec mes parents à propos de ma grossesse. Je serre les poings pour serrer les dents. « Tu veux, hum, que je vienne avec toi ? » Clac. La gifle est partie toute seule. On ne dit pas ce genre de choses à une femme enceinte. « Par… PARDON ? » Je me lève alors pour me mettre face à lui et le pointer d’un doigt vengeur. « Tu m’as séduite. C’est ça que tu as fait pour TE BARRER du jour au lendemain. Sans me demander mon avis. Je m’en fous que ça soit pour me protéger parce que tu allais mourir. Et d’ailleurs t’es encore là, non ? Espèce d’enfoiré. Tu vois, c’est pour ça que je ne voulais pas de relations avec un homme. Que pendant vingt-quatre ans, je n’en ai eu qu’un seul et je ne parle pas de toi mais d’Adam et il est gay. Lui m’a soutenue tous les jours. Ce bébé a beau contenir tes gênes… » Je sais que c’est la colère qui parle à ma place. Que mes hormones de grossesse ont gagné face à mon cerveau. « Jamais tu ne le verras. Ta mère, oui. Ton père aussi. Mais toi non. » Je sors mon portefeuille de mon sac à main pour lui jeter la photo à la figure. « Désormais, tu n’existes plus Miroslav Komorowski. Parce que dire je suis désolé ça ne suffit pas et si tu es sincère… » J’approche mon visage du sien, les yeux brillants de fureur. « Alors, prouve-le. »



_________________

Et comprendre que, peut-être, aimer est autre chose. C'est se sentir léger et libre. C'est savoir qu'on ne prétend pas au coeur de l'autre, il ne nous est pas dû, on n'y a pas droit par contrat. Il faut le mériter chaque jour. Et le lui dire à lui. Et comprendre en écoutant ses réponses qu'il faut peut-être tout changer. Il faut partir pour retrouver la voie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 46 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : seb stan ♡ (CryingToYourHeart)
DC : don't panic, no not yet
PSEUDO : vespertine (nawal).

Âge : trentenaire.
Adresse : city centre, westmorland dr, #35

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: nick cave, red right hand
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Mer 11 Mai - 23:13


FADED
how I need your attention



un bébé. tu as beau retourner les faits dans tout les sens, cela n'en a toujours aucun pour toi. un bébé... tu peux seulement dire que tu ne t'y attendais pas. du tout. ni maintenant ni jamais, à vrai dire, mais surtout pas maintenant. après avoir largué la mère, il y a trois mois. tu as probablement un don pour les situations impossibles. tu mérites une médaille. enfin, quoi qu'il en soit, tu ne peux rien y faire et ce n'est pas toi qui décide. visiblement, vous le gardez ce bébé. tu supposes que, si elle t'avait concerté, tu aurais également choisi la vie. ton regard est rivé sur son ventre, tu as du mal à détourner les yeux.

désolé, tu l'es. cela sonne probablement bêtement, pas assez fort, peut-être même pas suffisamment sincère. ça l'est pourtant. tu es désolé, parce que tu as foiré. encore. tu hésites, te demandant lequel des autres choix que tu avais aurait été le meilleur. ne pas t'attacher à elle ou rester malgré ce qui te pendait au nez ? et après, revenir ou quitter le pays ? trop tard pour prendre une autre voie, tu as choisi de passer une nuit avec elle, de l'abandonner, et de rester à Liverpool. résultat ? un bébé et cette conversation. à la réflexion, n'importe quelle autre solution aurait été meilleure que celle que tu as choisie. tu es désolé, parce que tu n'es pas le seul à avoir foutu la merde dans sa vie. bon, ok, tu l'as mise enceinte ça représente un très gros bordel. mais il y a sa soeur, dont tu as déjà pas mal entendu parler. dans le même cas que toi, mourante. tu as survécu, elle ne s'est pas faite opérer. en y réfléchissant, Rory a presque tout perdu, et en grande partie grâce à toi. sa virginité: coupable. toi: coupable. son job pour quelques temps: coupable. tu débarques et tu chamboules tout, comme avec ton frère. les félicitations sont effectivement de rigueur, ta mère a vu juste. tu as encore tout foiré, congrats.

une gifle. tu aurais dû t'y attendre après le verre d'eau en plein visage, mais tu la dévisages. qu'est-ce que tu as dit de mal, encore ? tu portes ta main à ta joue, c'était violent et tu es persuadé qu'elle est rouge. ton attention se reporte rapidement sur Rory qui te pointe du doigt en t'engueulant. ce que tu retiens est que tu es un enfoiré, et que son pote est heureusement gay. quoi ? oui, tu es parti, ça n'enlève rien au fait que tu serais jaloux si ce Adam faisait partie de sa vie autrement qu'en tant qu'ami. « jamais tu ne le verras. ta mère, oui. ton père aussi. mais toi non. » elle plaisante ? tu secoues la tête, mais tu n'as pas le temps de répliquer face à cette totale injustice. tu n'es pas branché gamins et cela fait à peine cinq minutes que tu es au courant de l'existence de ton futur bébé, mais ça n'empêche pas que tu souhaites le voir. c'est logique, non ? tu ne pouvais pas savoir qu'elle était enceinte. mais tu n'as pas immédiatement l'occasion de protester, réceptionnant une photo qu'elle te balance dessus. un peu comme la bague que Mila t'a rendue, on peut dire que tu sais parler aux femmes. lorsque tu déplies la photo, tu ne l'entends plus te faire des reproches et t'effacer de sa vie. tu te souviens de cette soirée, comme si c'était hier, et de ce que vous vous racontiez à cet instant. de la phrase stupide que tu as prononcée juste avant le flash afin que Rory sourie. tu relèves les yeux et croise son regard. elle est à quelques centimètres de toi, furieuse. « je serais ravi d'exprimer en détail mes regrets et ma sincérité mais, si tu permets, je vais juste faire ça: » il encadre son visage de ses mains et plaque ses lèvres contre les siennes.
© ACIDBRAIN

_________________
+I was lying to you+
but you're not someone I can hold. I was lying to you baby when I said my love grew cold. but my love's not going anywhere, oh my love's not going anywhere.  (wyatt, attention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovebullshit.forumactif.org/t534-mirko-in-love-with-the-m
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 58 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : Scarlett Johansson (schyzophrenic)
DC : nope.
PSEUDO : Padawan

Âge : 24 ans

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: Bang my head - David Guetta (ft Sia)
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Lun 30 Mai - 18:57

FADED
you broke me
Je suis surprise de le retrouver face à moi. Bel et bien vivant. Pendant tout ce temps, j’ai cru qu’il était mort. Bon il faut dire que je lui avais laissé un message et lorsque j’ai appris ma grossesse, j’ai fait la morte également. Mais il n’est pas hors de cause. C’est lui qui m’a larguée et pour se faire pardonner, il allait devoir ramer. Ramper. Creuser son trou et je verrai si je le rebouche ou pas. D’ordinaire je ne suis pas cruelle comme fille. Bien au contraire. Je suis douce comme un agneau mais on va dire que dernièrement, j’ai eu à gérer beaucoup de choses. La mort de ma sœur, ma grossesse, mes parents qui sont toujours aussi cons, l’étoile. Et en plus, je n’allais pas tarder à arrêter de travailler à cause de mon ventre qui prenait de plus en plus de l’ampleur et au revoir les représentations. Ça allait plaire à la connasse qui me servait de rivale. Chauffe bien mon siège chérie, car dès que je reviens tu dégages. J’ai vu avec le metteur en scène et dès que je suis de nouveau opérationnelle, je reviens. Après tout, ça arrive à plein de monde d’avoir un bébé. Je suis dans les temps. A mon âge ma mère avait déjà Gwen donc pour dire. Mais elle était mariée. Et pour une femme de politicienne, le mariage était très important. Avoir un enfant hors mariage, être homo, bonjour j’ai les parents les plus tolérants du monde.

Je me contente de fixer Mirko pour gesticuler dans tous les sens en lui faisant des menaces, en lui intimant de se faire pardonner. Il y a une chose qui ne change pas : je suis toujours hyperactive. Ça ne changera jamais. J’épuisai mon meilleur ami à cause de ça. Lui qui espérait que mon bébé soit un garçon pour qu’il porte son nom/ Bien entendu, c’est l’amour fou avec lui. Platonique puisqu’il est gay. Je me penche pour regarder Mirko dans les yeux. Dans ses yeux bleus océan qui révèlent une profonde tristesse et une profonde surprise aussi. Joyeux Pâques en retard. « je serais ravi d'exprimer en détail mes regrets et ma sincérité mais, si tu permets, je vais juste faire ça: » Faire quoi ? Je n’ai même pas le temps de penser que ses lèvres atterissent sur les miennes sans ménagement. Mon premier réflexe est bien sûr de le repousser. Ce que je fais. « Non mais tu te crois où là ? Tu crois que tu peux disparaitre et m’embrasser comme ça ? C’est pas des manières ! » J’en oublie même de parler correctement français. « Oh pis merde. La vie est courte. » Je l’attrape de nouveau par le col pour écraser mes lèvres sur les siennes avec plus de rage. Sorry. Les hormones.



_________________

Et comprendre que, peut-être, aimer est autre chose. C'est se sentir léger et libre. C'est savoir qu'on ne prétend pas au coeur de l'autre, il ne nous est pas dû, on n'y a pas droit par contrat. Il faut le mériter chaque jour. Et le lui dire à lui. Et comprendre en écoutant ses réponses qu'il faut peut-être tout changer. Il faut partir pour retrouver la voie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 46 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : seb stan ♡ (CryingToYourHeart)
DC : don't panic, no not yet
PSEUDO : vespertine (nawal).

Âge : trentenaire.
Adresse : city centre, westmorland dr, #35

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: nick cave, red right hand
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Dim 5 Juin - 14:00


FADED
how I need your attention



il te faut avouer que la réaction de Rory n'est ni étonnante, ni déplacée. dans le cas présent, ni elle ni toi n'avez totalement tort et c'est là toute la complexité de votre situation. elle a raison de t'en vouloir, c'est parfaitement justifié, cependant tu avais de bonnes raisons de partir -bien que tu n'aies pas agi au mieux, tu ne peux qu'adhérer à cette constatation. tu n'avais que deux bons (ou plus ou moins bons) choix. soit ne jamais t'attacher à elle comme tu l'as fait, la laissant par la même occasion s'attacher à toi; soit rester malgré tout, au risque de l'abandonner suite à ton décès précoce dû à une stupide maladie dont tu es finalement guéri -merci la vie, tu t'es bien amusée ?- tu n'as fait ni l'un ni l'autre, c'est évident. tu as assez merdé, ce qui n'a rien de particulièrement étonnant venant de toi. d'abord ton mariage que tu fais annuler quelques jours avant la cérémonie, ensuite ton frère dont tu démolis toutes les certitudes et que tu rends encore plus asocial qu'il ne l'était déjà. dernièrement, Rory. mis à part un bébé et une certaine rage envers toi, ça a l'air d'aller... en gros, ça ne va certainement pas au mieux. ou peut-être est-ce simplement le fait de te voir qui la met dans cet état. après tout, la connaissant, elle s'en tirait probablement très bien jusqu'ici. tu remarques d'ailleurs qu'elle a l'intention de le garder, ce bébé.

te faire pardonner, facile à dire, elle n'arrête pas de gesticuler et de t'engueuler, tu peines à en placer une. si tu ne craignais pas de te prendre une seconde gifle, tu ne pourrais que rire de son agitation. mais ce n'est visiblement pas le moment de ricaner, elle serait capable de te tuer d'un regard. alors tu te laisses aller à être plus paumé qu'amusé, en particulier lorsqu'elle t'annonce qu'elle n'a pas l'intention de te laisser voir ton... enfant. il faudra d'ailleurs que tu aies une sérieuse discussion avec ta mère afin d'expliquer le fait qu'elle l'ait su avant toi, et ne t'ai rien dit. rien, mis à part un énigmatique félicitations par sms, très bon indice. tu es persuadé que ça l'amuse. I am not amused, c'est tout ce que tu as à dire. te faire pardonner, donc, revenons-en à cela. tu l'embrasses, n'ayant pas l'intention de te lancer dans un plaidoyer que tu sais inefficace. elle te repousse: prévisible. tu n'as cependant pas le temps de répondre à ce nouveau et énième flot de reproches qui déferle sur toi, puisqu'elle t'embrasse à son tour. il faudrait savoir. tu réponds à son baiser, t'écartant un peu lorsqu'il te faut reprendre ton souffle. « doucement, je croyais que tu me détestais. » tu plantes ton regard dans le sien. « mais ça m'arrange que ce ne soit pas le cas. tu sais... » il passe une main dans ses cheveux, se mordillant la lèvre inférieure. « tu m'as manqué, je pensais seulement que tu préférerais ne pas me revoir. »
© ACIDBRAIN

_________________
+I was lying to you+
but you're not someone I can hold. I was lying to you baby when I said my love grew cold. but my love's not going anywhere, oh my love's not going anywhere.  (wyatt, attention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovebullshit.forumactif.org/t534-mirko-in-love-with-the-m
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 58 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : Scarlett Johansson (schyzophrenic)
DC : nope.
PSEUDO : Padawan

Âge : 24 ans

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: Bang my head - David Guetta (ft Sia)
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Mar 14 Juin - 11:13

FADED
you broke me
Le destin pouvait parfois nous jouer des tours. Je n’y avais jamais cru jusqu’à temps que Gwen meurt et que je reste avec un bébé dans le ventre. L’un meurt, l’autre vit. Ainsi va la vie. Pendant quelques mois, j’en ai voulu au monde entier. Je suis restée dans ma chambre sans m’alimenter et c’est Adam qui m’a fait comprendre que je devais sortir, que je devais aller mieux. Pour elle, pour mon enfant. La perte de Mirko fut terrible, j’ai cru qu’il était mort. Alors le voir en chair et en os, je me suis mise à le détester. Parce que lui vivait et qu’elle était morte. Je sais au fond de moi que c’est injuste mais je ne pouvais pas relativiser. Pas quand mes hormones me jouaient des tours. Je l’aimais encore. Comment en faire autrement ? Comment réussir à passer à autre chose ? Il était le père de mon enfant. Celui que j’aimais. Et sans doute jusqu’à la fin. Alors quand il a posé ses lèvres sur les miennes, j’ai cru que j’allais défaillir et dans ma tête, un combat s’est enclenché. Un combat de Titans. J’avais le choix. Le repousser ou lui rendre son baiser. Il m’avait abandonné, lâchement. Soi-disant pour mon bien mais était-ce vrai ? Ensuite il y avait le bébé. Il avait besoin de connaitre son père. Et mes sentiments. Je ne savais pas si c’était mes hormones mais je lui rendis. Avec un peu plus de chaleur. Mais j’ai toujours été plus passionnée que lui. « Doucement, je croyais que tu me détestais. » Ce n’est pas totalement faux. Je lui en veux encore. « Je t’en veux encore. Ne crois pas que tu sois tiré d’affaire Miroslav. Mais la vie est trop courte pour que je passe ses 6 prochains mois à faire la gueule. Donc tu vas te faire pardonner. M’emmener manger quelque part et me faire l’amour. Sans te barrer le lendemain. » Je restai impassible en disant ça. Femme enceinte. Hormones. Beau mec. Ça donne une vie de sexe. « Mais ça m’arrange que ce ne soit pas le cas, tu sais… » Je me mis à rire. Il se croyait tirer d’affaire, c’est mignon. « Comme je te l’ai dit mon chéri. Je ne t’ai pas encore pardonné. Je veux des fleurs et tout le bordel. En gros tu vas me faire la cour et je verrai ce que je ferai de toi ensuite. » Mon téléphone se mit à vibrer et je le regardai pour voir que j’allais être en retard. Merde. Et cette discussion qui n’en finissait pas. « Tu m’as manqué, tu sais. » Je relevai la tête pour écouter ce qu’il avait à me dire. « Je pensais seulement que tu préférais ne plus me revoir. » Là, je vis rouge. Oui, c’est ça les hormones. On change d’une humeur à une autre. Je pris alors une décision. Pour lui comme il l’avait fait pour moi. « Je vais aller à mon rendez-vous et toi, tu vas rester là à m’attendre. Et arrête de penser pour moi cinq minutes veux-tu. Je ne suis pas une enfant. » Je déposai un baiser sur sa joue avant d’attraper mon sac et mon muffin pour le laisser planter là.

L’examen dura en tout une bonne demi-heure. « Alors maintenant, nous allons connaitre le sexe de votre bébé ? » Je hochai la tête. Tellement de monde attendait de savoir si c’était un garçon ou une fille. Adam déjà. Je me demandai comment il allait réagir quand j’allais lui apprendre que le père est revenu dans ma vie. La femme passa le gel sur mon ventre et je me tournai vers l’écran. C’est là que je le vis. Un véritable bébé. La tête, les jambes. Tout. Et je me mis à pleurer. A chaudes larmes en regrettant que Mirko ne soit pas à mes côtés. Mais c’était pour le mieux. « Pourrais-je avoir un DVD ? C’est pour le père. » La femme me sourit avant d’insérer le disque dans la fente pour enregistrer l’échographie. « C’est une fille. » Une fille ! Je souris avant d’essuyer mes larmes. « Pardon. » Apparemment ça arrive à beaucoup de mère. Elle m’imprima les clichés pour me les donner tandis que je me rhabillai. Puis, après la prescription de vitamines, je sortis du bureau. Je cherchai Mirko pour le trouver à la place où je l’avais laissé. Je pris place à ses côtés pour passer doucement une main dans sa nuque. « C’est une fille. On va avoir une petite fille. » Je lui tendis le cliché de son enfant. « Ne t’en vas plus jamais d’accord. Maintenant, on n’est plus seuls. »



_________________

Et comprendre que, peut-être, aimer est autre chose. C'est se sentir léger et libre. C'est savoir qu'on ne prétend pas au coeur de l'autre, il ne nous est pas dû, on n'y a pas droit par contrat. Il faut le mériter chaque jour. Et le lui dire à lui. Et comprendre en écoutant ses réponses qu'il faut peut-être tout changer. Il faut partir pour retrouver la voie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HABITANT DE LIVERPOOL
avatar

: 46 messages, depuis le : 13/04/2016
© AVATAR : seb stan ♡ (CryingToYourHeart)
DC : don't panic, no not yet
PSEUDO : vespertine (nawal).

Âge : trentenaire.
Adresse : city centre, westmorland dr, #35

▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


Feuille de personnage
Playlist: nick cave, red right hand
Répertoire des liens:
Foi en l'amour:
4/10  (4/10)

MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   Ven 17 Juin - 23:59


FADED
how I need your attention



tu l'embrasses, par nécessité. tu en ressens le besoin, pressant et urgent. ce n'est pas ton genre, tu es plutôt du genre glaçon. iceberg contre lequel on se fracasse. tu es amical, mais pas forcément chaleureux. disons qu'il faut tout d'abord parvenir à percer ta carapace, on ne t'apprivoise pas si aisément. et tu n'es certainement pas démonstratif. encore, avec tes parents, il peut t'arriver d'exprimer oralement ou physiquement certaines émotions. comme le fait qu'ils t'ont manqué lorsque tu les retrouves. ce qui arrivera probablement bientôt, vu l'événement. ta mère étant, pour sa part, extrêmement démonstrative, elle se fera un plaisir de traîner son époux jusqu'à liverpool pour rencontrer rory (il n'y a pas que tes problèmes rénaux que tu tiens de ton père). bref, tu n'es pas porté sur les effusions, ni même les petites attentions. tu n'es pas non plus particulièrement du genre à marquer ton territoire: tenir la main et embrasser en pleine rue ne font pas partie de tes impératifs. disons que cela ne te dérange pas. un vrai glaçon. « mirko », corriges-tu. tu détestes ton prénom complet. tu ricanes ensuite. « d'accord, ce sera fleurs, chocolats et restaurant pour madame. » tu ne confirmes pas ses dires à propos du sexe. au fond, c'est évident. tu as beau être un type assez froid, tu n'es qu'un homme.
tu commences à t'ouvrir un peu lorsque son téléphone se met à vibrer. et tu remarques que tu as encore dit une connerie. promis, tu ne le fais pas exprès. tu ne t'en rends même pas compte. tu ne réponds pas, et tu restes planté là pour l'attendre tel un gosse qui aurait perdu sa mère et l'attendrait là où il l'a aperçue pour la dernière fois. tu la regardes s'éloigner et commences rapidement à t'impatienter. autre de tes défauts. tu n'as de cesse de vérifier l'heure, qui évidemment ne passe pas. tu tapes du pied, te lèves pour faire quelques pas, retournes t'asseoir. au retour de rory, tu es exactement là où elle t'a laissé. tu la regardes s'asseoir à côté de toi, intégrant la nouvelle. c'est une fille. tu n'avais pas de préférence, une fille c'est très bien. tu prends l'échographie qu'elle te tend, ne parvenant pas à en détacher les yeux. ta main libre trouve celle de rory. « je ne pars plus, j'ai une famille. » tu relèves les yeux, croisant son regard.

© ACIDBRAIN

_________________
+I was lying to you+
but you're not someone I can hold. I was lying to you baby when I said my love grew cold. but my love's not going anywhere, oh my love's not going anywhere.  (wyatt, attention).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovebullshit.forumactif.org/t534-mirko-in-love-with-the-m
Contenu sponsorisé


▶ FEUILLE DE PERSONNAGE


MessageSujet: Re: (Mirky) Faded   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Mirky) Faded
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FADED

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L O V E (and other bullshit) :: CITY OF LIVERPOOL :: CITY CENTRE-
Sauter vers: