LES ANNONCES DU MOMENTINTRIGUE AFRICA OYETOMBOLA

2 résultats trouvés pour discrète

AuteurMessage
Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) 1457356542-nonewpetitSujet: Kiss me until I forget how terrified I am of everything wrong with my life.
Alison Oakes

Réponses: 22
Vues: 503

Rechercher dans: Validés   Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) EmptySujet: Kiss me until I forget how terrified I am of everything wrong with my life.    Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) EmptySam 14 Mai - 11:15
AlisonOakes
▸ Emily Browning / Fuck-ups
▶️ Prénoms ⁞ Alison Ann Meredith. Le premier est la contraction d'Allan et Madison, les deux prénoms de ses parents. Les autres sont sans surprises, des héritages familiaux, à savoir les prénoms de ses deux grand-mères.
▶️ Nom ⁞ Oakes, un nom sans prétention qu'elle porte depuis sa naissance, et qu'elle a perdu espoir de voir changer un jour.
▶️ Surnoms ⁞ Ally
▶️ Âge ⁞ 30 ans
▶️ Date de naissance ⁞ 16 Février 1986
▶️ Lieu de naissance ⁞ Stamford, Lincolnshire - R.U
▶️ Profession ⁞ Thanatopractrice/embaumeuse
▶️ Etudes ⁞ Elle a originellement une formation en cosmétiques et a été maquilleuse professionnelle durant des années. La découverte de sa maladie l'a poussée à changer de métier, les tremblements compulsifs de ses mains l'empêchant de réaliser un maquillage parfait comme elle en avait l'habitude. Elle suit désormais une formation de thanatopractrice sur le tas depuis quelques mois, formation dispensée par un vieil ami de la famille qui travaille lui aussi aux pompes funèbres mais compte prendre sa retraite quand elle aura suffisamment d'expérience. Elle continue d'exercer son art d'une certaine façon, elle rend les gens beaux pour leur dernier voyage.

▶️ Etat civil ⁞ Fraichement célibataire, son petit-ami avec lequel elle sortait depuis trois ans l'a quitté récemment lorsqu'il a découvert sa maladie.
▶️ Orientation sexuelle ⁞ Hétérosexuelle
 
❤️ Ton premier baiser : A quatorze ans, un âge un peu tardif. Elle n'était pas une fille spécialement populaire à Stamford et les garçons la trouvaient trop sérieuse, pas assez jolie peut-être, ou alors trop timide. Elle n'a même pas vraiment apprécié ce baiser échangé au cours d'une partie du "jeu de la bouteille".
❤️ Ton premier amour : Un an plus tard, lorsque ses parents et elle ont passé les vacances en France. Un premier amour qui n'a duré que le temps d'un été mais dont elle garde un souvenir des plus agréables.
❤️ Ta première fois : Cet été là, dans le champs tout près de la maison d'hôtes où elle et ses parents avaient une chambre. Un plaid étendu sur le sol, les étoiles pour seuls témoins, elle ne regrette absolument pas.
❤️ Ta première déception amoureuse : Ce même été encore une fois, lorsqu'il a fallut dire au revoir et qu'il a préféré dire adieu... Elle ne lui en veut cependant pas. Elle n'a réalisé que bien plus tard qu'une relation à distance aurait été plus douloureuse qu'une séparation.
❤️ Ton premier râteau : A douze ans, quand elle a osé avouer au garçon de sa classe dont elle était amoureuse qu'il lui plaisait. Il s'est moqué d'elle devant tout le monde en jetant la petite lettre de confession qu'elle lui avait donné au sol. Un souvenir qu'elle évoque en riant à présent.


Ta première cuite : Alison n'a jamais été portée sur l'alcool. Elle a toujours bu avec la plus grande des raisons. Sa première cuite remonte donc seulement à quelques mois, lorsqu'elle a apprit être atteinte d'une forme juvénile de la maladie de parkinson. Elle a passé la nuit dans un bar de Liverpool à enchainer les verres jusqu'à en vomir.
Ta première clope : A quinze ans, elle a piqué une cigarette dans le paquet de son père, "pour essayer". Elle fume depuis à un rythme plus ou moins soutenu selon son humeur.
Ta première prise de drogue : A vingt ans, une soirée, quelques amis, on lui propose de tirer sur un joint, elle s'exécute. La sensation est agréable, mais elle a l'impression de perdre ses moyens, de ne plus avoir le contrôle, elle n'y touchera plus jamais. Elle y songe pourtant maintenant que les douleurs chroniques de parkinson la martyrisent. En attendant, elle prend chaque jour sa dose de drogues légales sensées l'aider à mieux vivre sa maladie.
Ta première discussion avec des policiers : A dix ans, quand elle se perd dans les rues de Londres et qu'elle ne parvient pas à trouver sa mère dans la foule.
 
❤️ Ton dernier baiser : Il y a quelques semaines, quand elle est rentrée du travail et qu'elle a embrassé Garrett pour lui dire bonjour, juste avant qu'il ne lui annonce qu'il avait réfléchit, et qu'il n'y arriverait pas...
❤️ Ton dernier amour : Garrett, elle pensait sincèrement qu'il était l'homme de sa vie. Ils étaient ensemble depuis trois ans et tout allait bien entre eux. Elle était persuadée qu'il préparait quelque chose pour leur anniversaire, une demande en mariage ou quelque chose de ce genre... Pourtant les premiers signes de la maladie et l'annonce du diagnostic ont suffit à lui faire prendre la fuite.
❤️ Ta dernière fois : Elle ne s'en rappelle pas exactement, du moins pas au jour près. C'était il y a au moins trois semaines, avant que Garrett ne décide de la quitter...
❤️ Ta dernière déception amoureuse : Garrett... Son prénom risque de revenir souvent. Il l'a profondément déçue lorsqu'il lui a annoncé qu'il ne pourrait pas vivre comme ça, à la regarder tomber en déchéance petit à petit. Elle a eu mal, mais elle l'a comprit...
❤️ Ton dernier râteau : C'était obligatoirement il y a plus de trois ans, même si elle ne s'en souvient pas réellement...


Ta dernière cuite : Il y a quelques jours, chez elle dans le canapé. La journée avait été longue et les douleurs de la maladie accentuées par son récent chagrin d'amour la rendaient folle. Elle a bu jusqu'à l'épuisement, mais au réveil rien n'avait changé.
Ta dernière clope : Il y a quelques minutes probablement.
Ta dernière prise de drogue : Ce matin, au petit déjeuner. Trois comprimés de ci, deux comprimés de ça. Rassurez-vous, elle a une ordonnance...
Ta dernière discussion avec des policiers : Lors de sa première cuite. C'est eux qui l'ont gentiment déposée chez elle alors qu'elle était incapable de mettre un pied devant l'autre.
 

◄ Compulsivement, les doigts de sa main droite s'agitent sur le verre qu'elle tient à la main. Le mouvement est lent, répétitif, incontrôlé. Tout en fixant ses doitgt, Alison inspire profondément dans l'espoir de voir la concentration lui permettre de mettre un terme à ces spasmes qui secouent sa main. Rien. Elle relâche la pression autour de son verre et serre puis écarte les doigts à plusieurs reprises avec une lenteur qui ne lui est pas habituelle. Le mouvement volontaire prend le dessus sur le mouvement nerveux, ses doigts cessent enfin de trembler, mais pour combien de temps? Si encore il n'y avait que ça. Son corps tout entier lui semble être ankylosé, raide. Elle a l'impression de n'être plus qu'une douleur ambulante. Heureusement, les médicaments sont là pour l'aider à supporter la journée qui s'annonce. Ses doigts se referment à nouveau sur son verre et son autre main porte encore une fois avec lenteur ses médicaments à ses lèvres qu'elle avale d'une traite avec une gorgée d'eau. Elle peine à croire le médecin lorsqu'il prétend qu'elle répond plutôt bien au traitement et que la maladie se développe à faible allure. En l'espace de quelques mois, Alison a l'impression d'être devenue une toute autre personne. De pile électrique infatigable, elle est devenue cette pauvre fille agitée de tremblements terrassée par les douleurs musculaires qui la clouent parfois au lit. De maquilleuse professionnelle de talent, elle est devenue tout juste assez habile pour rendre aux morts un peu de dignité. Elle referme l'armoire à pharmacie et croise son reflet dans le miroir. Son visage est marqué par la douleur et la fatigue. Elle soupire et porte à nouveau son verre à ses lèvres qui ne les atteint jamais. A mi-parcours, le récipient lui glisse des mains et s'écrase en milliers d'éclats sur le sol éclaboussant ses jambes nues et les murs au passage. C'en est trop pour Alison qui laisse échapper un cri de désespoir avant de se laisser glisser jusque sur le sol pour y pleurer tout son saoul.
▶️Elle a été adoptée par les Oakes à la naissance. ▶️ Sa mère biologique a accouché sous X, elle n'a que peu de chances de connaitre un jour ses origines, a vrai dire, elle s'en moque ▶️ Elle est allergique aux arachides ▶️ Elle est atteinte d'une forme juvénile de la maladie de Parkinson. Les médecins pensent qu'il s'agit d'une forme génétique de la maladie qui lui aurait été transmise par l'un de ses parents biologiques ▶️ Son petit ami avec qui elle a vécu près de trois ans l'a quitté récemment en apprenant sa maladie. Les recherches qu'il a fait sur la maladie l'on effrayé, il ne se sentait pas près à la voir devenir de moins en moins autonome. ▶️ Elle repousse désormais les avances des hommes, elle refuse tout simplement de devenir un poids pour qui que ce soit, ou que sa maladie pousse quelqu'un d'autre à la quitter ▶️ Elle a un chat nommé Lord Whiskers à cause de la petite tâche en forme de moustache qui orne son museau ▶️ Elle vit très mal sa maladie et plonge petit à petit dans la dépression bien qu'elle fasse de son mieux pour donner le change ▶️ Seuls ses parents et son tuteur aux pompes funèbres sont au fait de sa maladie. Ce dernier a promis de ne rien dire à qui que ce soit ▶️ Elle ne bois pas de boissons gazeuses, elle adore le thé glacé et bois un peu de vin (il lui arrive même d'en abuser depuis quelques temps) ▶️ Elle adore lire, son livre favoris est Jane Eyre. ▶️ Sa couleur favorite est le bleu ▶️ Elle est très mauvaise cuisinière
HORS-JEU | Wynona/Jade ⁞ France ⁞ Inventé ⁞ Je sens que je vais me plaire ici  Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) 2128290131

Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) 1457356542-nonewpetitSujet: heartless. (rose)
Rose Simons

Réponses: 21
Vues: 446

Rechercher dans: Validés   Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) EmptySujet: heartless. (rose)    Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) EmptyJeu 31 Mar - 16:59
ROSESIMONS
▸ KEIRA KNIGHTLEY / LONE RANGERS
▶️ Prénoms
Rose. Comme cette fleur douce et délicate. Ce prénom reflète à la perfection la femme qui le porte. Fragile et forte à la fois. Complexe mais unique. Belle, mais abîmée. Il faudra aller au delà de ses épines pour découvrir sa beauté cachée.
▶️ Nom
Simons. Nom de ce père qu'elle n'a jamais connu. Symbole d'une famille inexistante. Seul vestige d'une identité  qui n'a pour elle aucune valeur. Ce nom est le sien mais rien ne s'y raccroche. Car tout s'est envolé avant même que son esprit ne puisse s'en souvenir.
▶️ Surnoms
Elle n'en a pas. Son prénom est bien trop court pour que l'on s'amuse à l'appeler autrement.
▶️ Âge
29 années à tenter de se trouver, à essayer de comprendre. Le temps qui file, qui la marque, qui la change... Au final, elle se fiche de vieillir. Elle se fiche de ce temps qui lui file entre les doigts et qu'elle ne pourra jamais retrouver.
▶️ Date de naissance
15 Février. C'est lors d'un matin frais et ensoleillé qu'elle vit le jour. Enfin ça, elle n'en sait rien du tout. Mais c'est ce qu'elle se dit pour se réconforter. Elle se construit sa propre histoire, ses propres souvenirs, à défaut d'une réalité qu'elle ne connaîtra jamais.
▶️ Lieu de naissance
Ici à Liverpool. Enfin il paraît, au fond personne n'a jamais vraiment su.
▶️ Profession
Son état la rend incapable de garder un job plus de quelques mois. Elle enchaîne les petits boulots pour s'en sortir, pour payer les frais médicaux et le loyer mais les fins de mois sont toujours difficiles. Ses rêves de carrière se sont bien vite brisés face à la dure réalité de la vie. Et de la sienne en particulier...
▶️ Etudes ⁞ La jeune femme a fait des études en Histoire de l'Art. Elle a toujours été attirée par cette matière, curieuse d'en découvrir davantage. Rose c'est une passionnée, une sensible. Elle était douée dans ce qu'elle faisait. Mais la vie a été trop cruelle avec la douce colombe, la privant de ce rêve qu'elle ne pourra jamais voir devenir réalité.

▶️ Etat civil
Éternellement seule. Quel homme pourrait vouloir d'une femme comme elle ? Si fragile, si torturée... Ils la fuient tous et ça lui va comme ça. Parce qu'elle ne sait pas aimer... Et pourtant, il y a bien un homme qui réveille en elle une passion surprenante. Des sentiments qu'elle tente d'enfouir, d'oublier. Parce que cet amour n'a pas d'avenir... C'est une histoire impossible. Une relation qui jamais ne pourra exister.
▶️ Orientation sexuelle
Elle est attirée par les hommes. Elles aiment leur côté viril et protecteur. Peut-être parce qu'elle voit en eux ce qu'elle n'a pas eu étant enfant. Peu importe les raisons, c'est les mâles qui l'emportent bien qu'elle se dise parfois que sa vie serait tellement plus simple si elle aimait les femmes...
 
❤️ Ton premier baiser : Elle ne s'en souvient pas vraiment, trop jeune pour que ce moment la marque à jamais. Elle se rappelle seulement que c'était un garçon de son école mais a totalement oublié son nom. A croire que n'était pas grand chose au final...
❤️ Ton premier amour : Adonis... Elle frissonne encore à ce prénom, à cette image qu'elle garde ancrée dans sa mémoire. Il a été le premier homme qu'elle a aimé. Le premier à qui elle s'est donnée corps et âme. Encore aujourd'hui, elle repense à leur histoire. Douce nostalgie qui l'étreint et l'enveloppe. Douloureux souvenir d'un passé envolé à jamais.
❤️ Ta première fois : Le romantisme dans les veines. La première fois que Rose a goûté aux plaisirs charnels c'était en compagnie d'Adonis. La jeune femme tenait à être amoureuse avant de se laisser tomber dans cette passion dévorante. Elle se souvient encore de cette nuit magique. Un moment qui jamais ne s'effacera. Un instant de bonheur qu'elle chérit pour toujours.
❤️ Ta première déception amoureuse : Encore et toujours le même homme, à croire qu'il était fait pour marquer sa vie, pour marquer son âme. Elle n'a jamais autant souffert que lorsque leur histoire a pris fin. C'était pourtant elle qui avait fait ce choix, pris cette décision déchirante, trop effrayée par cette relation qu'elle ne contrôlait plus...
❤️ Ton premier râteau : Elle n'en a jamais vraiment eu. Rose n'est pas vraiment le genre de femme à faire le premier pas vers un homme. Si on ne vient pas vers elle, elle ne va pas vers vous. De ce fait, elle n'a jamais su ce que cela faisait de se faire remballer par quelqu'un et espère ne jamais vivre cette situation.


Ta première cuite : Elle ne s'en rappelle pas, cela date d'il y a trop longtemps pour qu'elle se souvienne avec exactitude de ce soir là. Elle sait seulement qu'elle n'était pas en âge de boire, du moins, si sa mémoire n'est pas trop mauvaise.
Ta première clope : Elle peut remercier Silas pour lui avoir fait goûter à ce plaisir destructeur. Ils étaient jeunes, curieux et elle n'a pas hésité longtemps avant d'essayer. Jeunesse insouciante désormais dépendante.
Ta première prise de drogue : Rose n'a jamais vraiment touché à la drogue. Trop peureuse pour laisser sa curiosité prendre le dessus. Trop abîmée pour se laisser entraîner dans des abysses plus profondes. Elle a seulement fumé un peu d'herbe, principalement lorsqu'elle a commencé sa chimio. C'était un patient de l'hôpital qui lui fait fumer son premier joint, il disait que cela l'aidait parfois à oublier la douleur. Au fond, il n'avait pas vraiment tort.
Ta première discussion avec des policiers : Dans un pays étranger, alors qu'elle était perdue en voiture. Deux policiers sont venus l'aider lisant le désespoir dans les yeux de la jeune femme.
 
❤️ Ton dernier baiser : C'était un homme rencontré un soirée. L'envie d'oublier. Le besoin d'être désirée. Il n'y avait pas de sentiments, pas d'attache. Deux âmes solitaires trop longtemps oubliées. Deux cœurs meurtris cherchant la chaleur, quémandant l'affection.
❤️ Ton dernier amour : Elle n'a aimé personne d'autre depuis Adonis. Le cœur trop abîmé pour se permettre de battre pour un autre. Et pourtant... Elle sent au fond que de nouveaux sentiments naissent en elle. Des sentiments longtemps enfouis, longtemps ignorés. Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi maintenant ? Elle-même ne le sait pas...
❤️ Ta dernière fois : Même homme, même soirée que le dernier baiser. Le temps d'une nuit elle s'est abandonnée à cet inconnu, enivrée par ses baisers, envoûtée par son désir. Moment de calme au creux de ses bras rassurants. Plaisir partagé le temps d'un instant.
❤️ Ta dernière déception amoureuse : Sa première déception est également sa dernière puisqu'elle n'a aimé qu'une seule fois. Elle se demande parfois ce qu'il est devenu, s'il va bien... Adonis lui manque. Et lui manquera probablement toujours...
❤️ Ton dernier râteau : Encore une fois, elle n'en a jamais vraiment vécu puisque ce sont les hommes qui viennent à elle et non l'inverse. Mais qui sait, peut-être qu'un jour elle se mettra en danger ? Peut-être qu'elle osera faire le premier au risque de se faire rejeter ?


Ta dernière cuite : La semaine dernière, avec Dax, tout deux avachis sur le canapé du salon. Cette nuit là, ils ont refait le monde, rigolant comme deux gamins savourant leur liberté. Elle aime ces soirées passées à ses côtés, ces moments où elle n'a pas besoin d'être une autre, ces instants elle laisse tomber le masque. Il ne s'en rend peut-être pas compte mais il compte énormément à ses yeux.
Ta dernière clope : Cela remonte à quelques mois. Elle a dû arrêter à cause de sa maladie mais c'est une addiction à laquelle elle a encore du mal à renoncer. Néanmoins elle tente de tenir bon, de ne pas craquer à nouveau. Seulement le manque commence à se faire ressentir...
Ta dernière prise de drogue : Elle ne s'en souvient plus exactement mais c'est assez récent. Encore avec Dax, pour changer. Bien que cette fois elle ne peut rejeter la faute sur lui. Elle est la seule coupable de ce petit pêché. C'est elle qui l'a convaincu de fumer à son tour, se servant les bienfaits thérapeutiques comme une excuse valable. Visiblement, cela a suffit à le convaincre.
Ta dernière discussion avec des policiers : Il a y plusieurs mois lors d'un contrôle routier basique. Ils ont regardé ses papiers et vérifié son taux d’alcoolémie. Dommage pour eux, elle n'avait pas bu la moindre goutte.
 

( SOLITUDE ENFANTINE ) Orpheline. Le mot famille ne signifie rien pour elle puisqu'elle n'en a jamais eu. Elle ne sait pas ce qu'est l'amour d'un père et d'une mère. Seule. Elle a commencé sa vie seule et elle la terminera seule. ( SOMBRE SENTIMENT ) Le sentiment d'abandon est quelque chose qui l'accompagne au quotidien. C'est son fardeau. Le boulet qu'elle traîne à sa cheville. Ça la freine, ça l'enfonce dans une abîme dont elle pourrait ne jamais revenir. Rejetée. Voilà comment elle se sent. Voilà comment elle se voit. Personne n'a été capable de l'aimer enfant. Pourquoi en serait-il autrement aujourd'hui ? Pourquoi voudrait-on de sa présence désormais ? Elle s'autodétruit et personne ne semble être là pour la sauver. Personne ou presque...  ( LA VAGABONDE ) L'envie d'évasion, d'ailleurs. L'envie de nouveau, de liberté. Des kilomètres parcouru à travers les pays. Des heures et des heures passées dans une voiture minuscule. Des images magnifiques gravées à jamais dans son esprit. Elle regrette ces moments là. Ceux de cette liberté trouvée. De ce bonheur irréel. Aller où on veut, quand on veut. Passer d'une ville à une autre. Découvrir les pays et leurs milles facettes. Ne pas s'ancrer quelque part. Faire des rencontres surprenantes. Des rencontres qui peuvent changer votre vie. Des rencontres comme lui... ( DANCING WITH THE DEVIL ) Il avait ce regard; celui qui vous marque au premier coup d'oeil, qui hante votre esprit. Celui qui vous attire, qui vous hypnotise, qui vous obsède. Elle avait senti sa fêlure. Abîmé, il l'était autant qu'elle. Lui, le pauvre gars des rues, délaissé par les autres. Adonis, voilà comment il s'appelait. C'était un homme détruit par une vie qu'il n'avait pas choisi. Une vie de souffrance et de solitude. Ils se sont aimés. Ils se sont raccrochés l'un à l'autre car ils n'avaient que ça. Mais ça n'a pas duré... Ça ne pouvait pas durer. Il avait en lui un démon qu'elle ne pouvait combattre. Une violence qu'elle ne parvenait pas à calmer. Alors elle est partie... Elle l'a abandonné à son tour; retrouvant cette solitude oubliée... ( RUPTURE DOULOUREUSE ) Elle a pensé à lui durant des jours, des semaines. Il n'a pas quitté son esprit un seul instant. La culpabilité la rongeait, le manque la dévorait. Elle s'est surprise plusieurs fois à composer son numéro sans jamais avoir le courage de l'appeler. Elle était partie. Elle n'avait plus d'excuse. Elle ne parvenait pas à s'imaginer la haine qu'il devait ressentir à son égard. Pourtant, il le savait... Il savait qu'elle le quitterait. Il savait qu'elle n'était pas assez forte pour tout ça. Elle le lui avait dit mais il l'avait senti depuis déjà bien longtemps. Certes, elle ne s'était pas enfuie comme une voleuse, mais elle était partie malgré tout... Et cela restait ancré dans sa mémoire. Encore aujourd'hui il lui arrivait de penser à lui et de ressentir la culpabilité l'étreindre. Adonis n'était jamais vraiment sorti de sa vie, elle ne le savait que trop bien... ( RETOUR AUX SOURCES ) Liverpool. Retour dans cette ville qui était sienne. Cette ville qui l'avait vu grandir. Unique chose à laquelle elle pouvait se rattacher désormais. Perdue dans la tourmente d'une rupture plus difficile qu'elle ne l'aurait pensé, elle avait ressenti le besoin de revenir à ses racines. Retrouver ce lieu familier, retrouver ses repères, reprendre ses marques. Elle était de retour là où tout avait commencé. Bienvenue à la case départ, tout recommence. ( LE CRABE DÉVORANT ) Cancer. Mot qui effraie, qui glace le sang. Mot qui déroute, qui détruit. Ce monstre intérieur la dévorait à petit feu. Mais elle luttait. Elle se découvrait une force inconnue, une force dont elle ne soupçonnait même pas l'existence. Elle a su gagner une bataille mais sait que la guerre n'est pas terminée. La rechute est possible, presque attendue. Elle sent qu'elle n'échappera pas longtemps à ce démon, qu'il va revenir l'attaquer de plein fouet. Elle s'y prépare, profitant de ces quelques instants de répit que la vie lui offre. ( L'ARTISTE INCOMPRISE ) La peinture. Son échappatoire, son moment de repos, d'évasion. Elle se sent libre; transportée dans ce monde  qui n'appartient qu'à elle. Rose, c'est l'âme d'artiste, la sensibilité incarnée. C'est la passionnée. La talentueuse. Elle se perd dans les couleurs, dans les textures. Le bruit des pinceaux est comme une  douce mélodie à ses oreilles. Peindre pour s'exprimer. Mettre sur toile ce qu'elle éprouve, ce qu'elle pense, ce qu'elle vit... C'est sa thérapie à elle. Son moyen de se sauver d'une vie qui l'attire sans cesse vers le bas. D'une vie qui se complique à chaque pas qu'elle ose faire. ( L’AMITIÉ RANCUNIÈRE ) Silas. Son meilleur ami. Enfin, elle ne sait pas. Elle ne sait plus. Que sont-ils devenus après tout ce temps ? Quelle place tiennent-ils dans la vie de l'autre ? Elle se sent comme une étrangère, comme une inconnue dont on oublie le visage. Elle se rappelle pourtant de leurs premiers moments, de cette complicité partagée. Elle l'a aidé, elle a été là pour lui. Parce qu'elle sait, elle sait ce que c'est que d'être rejetée. Elle s'est accrochée à lui alors qu'il rêvait d'ailleurs, alors qu'il pensait déjà à partir. Et il l'a fait... L'abandonnant à son propre sort. Disparaissant de sa vie comme si rien de tout cela n'avait compté. Elle lui en veut. C'est douloureux. C'est puissant. Et pourtant... ( SENTIMENTS INCOMPRIS ) Il y a cette douce chaleur qui s'empare d'elle lorsqu'elle pense à lui. Cette envie pressante de le revoir, de retrouver ce qu'ils avaient construit autrefois. Tiraillée entre deux sentiments contraires. Emprisonnée dans le tumulte de ses émotions. Elle lutte. Parce qu'elle ne peut pas ressentir ce genre de choses, pas à son égard, pas maintenant. Parce que sa rancœur est plus forte. Parce qu'elle ne peut pardonner. Meurtrie. Perdue. Elle se noie dans ce flot de sensations, dans ces doutes qui l'assaillent. Et les choses ne risquent pas de s'arranger avec l'arrivée d'Adonis. A croire que le destin semble prendre un malin plaisir à la briser. Pantin d'une vie qu'elle ne semble plus contrôler.
HORS-JEU | Tik Tok ⁞ France ⁞ Inventé ⁞  Tag discrète sur L O V E (and other bullshit) 2996039796


©️ LOVE (AND OTHER BULLSHIT) / 2016
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: